AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Eurockéennes Belfort 30 juin 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hollowbody
Free Curiste Star
Free Curiste Star
avatar

Nombre de messages : 806
Localisation : bagneres/bordeaux
Date d'inscription : 15/07/2005

MessageSujet: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Dim 1 Juil 2012 - 9:57

setlist plutôt traditionnelle...

Setlist: Plainsong, Pictures of You, High, The End of the World, Lovesong, Push, Inbetween Days, Just Like Heaven, From the Edge of the Deep Green Sea, Sleep When I'm Dead, Play For Today, A Forest, Bananafishbones, Lullaby, The Walk, Mint Car, Doing the Unstuck, Trust, Want, The Hungry Ghost, Wrong Number, One Hundred Years, Disintegration

1st encore: The Kiss
2nd encore: Close To Me, Friday I'm In Love, Why Can't I Be You?, Boys Don't Cry.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.skipass.com
hollowbody
Free Curiste Star
Free Curiste Star
avatar

Nombre de messages : 806
Localisation : bagneres/bordeaux
Date d'inscription : 15/07/2005

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Dim 1 Juil 2012 - 13:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.skipass.com
all alone
Master Free Curiste
Master Free Curiste
avatar

Masculin Nombre de messages : 1180
Age : 48
Localisation : paname
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Dim 1 Juil 2012 - 18:09

ho surprise !!!! des potes de Loudest Cure et de Curefan interviewés par france 3

http://www.pluzz.fr/jt-12-13-franche-comte.html

à environ 2 min 20 de la vid guitar

par contre, ils ont pas eu de bol avec le temps...

_________________
I'm lost in a forest
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://all.alone.free.fr/
hollowbody
Free Curiste Star
Free Curiste Star
avatar

Nombre de messages : 806
Localisation : bagneres/bordeaux
Date d'inscription : 15/07/2005

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Dim 1 Juil 2012 - 20:30

plainsong...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.skipass.com
jojo
Free Curiste Star
Free Curiste Star
avatar

Masculin Nombre de messages : 920
Localisation : au marché
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Dim 1 Juil 2012 - 20:33

all alone a écrit:


par contre, ils ont pas eu de bol avec le temps...

Le Clan c'est mouillé les cheveux lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MeroveeG
Certifié Free Curiste
Certifié Free Curiste
avatar

Masculin Nombre de messages : 154
Age : 45
Localisation : Schwartzrappsheim
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Dim 1 Juil 2012 - 22:49

J'ai apprécié l'état d'esprit de Robert qui a tenu à jouer un maximum de morceaux.
Simon avait un son superbe, surtout au début. Robert a mis un peu de temps à chauffer sa voix.
Question set, je regrette mint cat, wrong number, trust mais trouvé la version de The Kiss très agressive et j'étais content d'entendre Want et Bananafishbones.

La météo était catastrophique, quel bourbier.

J'ai du croiser certains d'entre vous!


Par contre, "marie madeleine", quel crétin ce naze qui a un niveau à jouer dans des festivals dark-électro de sa région. Il programme une boite à rythme avec un synthé et force sa grosse voix comme le premier groupe d'ado venu et a l'arrogance de tenir un discours à base de "j'encule Robert Smith"... Il oubliait que personne ne savait qui il était et que persone n'en avait rien à foutre de son set.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotyk
Dieu Free Curiste
Dieu Free Curiste
avatar

Masculin Nombre de messages : 4235
Age : 43
Localisation : on the road back home again
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Lun 2 Juil 2012 - 0:46

Retour de Belfort un peu sur les rotules. On n’a plus notre résistance de 20 ans ! Faut dire que ça a été assez dantesque, comme tout le monde a pu s’en apercevoir. Le Clan parle de conditions extrêmes, mon frère en est ressorti lessivé dans tous les sens du terme. Y a plus de jeunesse… Mais il est vrai qu’ils n’ont pas l’expérience des pluies tropicales, ces gens-là !

Comme strictement rien ne nous intéressait au festival à part Cure, on est arrivés assez tard. A l’hôtel, où on pose nos sacs, la télé annonce une alerte orange aux orages sur toute la Franche-Comté. Y aura-t-on droit ?

A l’arrivée sur le site, ça semble devoir tenir. Mais le temps de faire une queue interminable pour une bière, on se retourne, le ciel est tout gris. J’te dis qu’on va y avoir droit…

Au moment où l’on commence à s’approcher de la scène, le groupe qui précède écourte brutalement son concert. Les premières bourrasques arrivent, bientôt suivies de grosses gouttes encore espacées. On est maintenant trop près de la scène pour reculer. Mais cette fois, à mon avis, on va y avoir droit !

Et puis, juste après, on y a droit ! Un déluge de pluie froide qui n’épargne personne, même ceux qui avaient prévu des protections, heureusement d’assez courte durée. La pluie s’arrête, les techniciens continuent d’installer le matos pour Cure, on se sèche comme on peut, une petit gadoue woodstockienne fait son apparition. Tout cela reste bon enfant, un simple aléa…

A 22h25, tout semble prêt pour que le concert commence, les lumières viennent même de s’éteindre. Mais soudain, un technicien revient sur scène, éteint les amplis et sort les bâches. La scène est rapidement couverte, style Roland-Garros. On comprend vite pourquoi : c’est qu’on y a encore droit ! Cette fois, c’est d’un autre calibre : une pluie glaciale, pénétrante, des éclairs plein le ciel et une boue tenace qui se forme. Mais le pire, c’est que cette fois, ça s’éternise : une bonne demi-heure de douche et l’angoisse d’un concert qui pourrait être écourté voire même annulé.

Mais moi, météorologue distingué, j’ai toujours su qu’après la pluie venait le beau temps, et on y a eu droit aussi. Avec trois quarts d’heure de retard, le concert peut enfin commencer. La pluie ne réapparaîtra plus, sauf quelques gouttes espacées mais glaciales qui se sont mises à tomber fort à propos pendant From The Edge, pile quand Robert chantait « but it’s just rain, I smile », à peine 2 minutes de rab…

Des aléas, donc, et personnellement, je ne regrette pas cette expérience, il vaut mieux ça qu’une jambe cassée, et ça a mis du sel dans la soirée, qui n’en avait déjà pas manqué… Par contre, le concert ayant été un peu raccourci (d’environ un quart d’heure, je dirais), je ne peux m’empêcher de penser que la pluie nous a privé d’un ou deux morceaux rares et appréciables dans les rappels ; je pense notamment qu’ils auraient pu enchaîner The Kiss avec If Only Tonight We Could Sleep et Fight s’ils avaient eu le temps nécessaire. On ne le saura jamais…

Pour le reste, comme on le voit avec la setlist, quasiment que du classique. Sur le papier, c’est évidemment très décevant, mais en vérité, ça a été un excellent concert. D’abord parce que le choix des titres, à dominante de singles, a visiblement plu au public. Ensuite parce que beaucoup d’entre eux étaient magistralement interprétés, et enfin parce que Robert était d’humeur assez facétieuse, bien adaptée à l’événement. Et puis, personnellement, après 4 ans et demi au régime sec, je m’aperçois que l’essentiel pour moi n’est plus dans la setlist mais simplement de profiter encore une ou deux fois du groupe dont je suis l’esclave depuis 27 ans avant qu’ils n’arrêtent définitivement. Robert ne semble pas dans un trip dark en ce moment ; je comprends qu’il n’ait pas envie de se forcer…

Un concert en tout cas riche en moments forts. Quelques choix étaient à mon sens assez discutables : The End Of The World, y en a marre ; Trust, emmerdifiante ; The Hungry Ghost, mal interprétée ; Sleep When I’m Dead, inutile et foirée. De même, le deuxième rappel, hormis Close To Me, n’avait guère d’intérêt. Mais ces bémols ne peuvent pas faire oublier l’ensemble du concert, intense et très maîtrisé. Je retiens entre autres :

- un set principal magistralement ouvert et conclu par 4 monuments du répertoire (Plainsong qui, une fois de plus, m’a tiré des larmes, Pictures Of You, sublime, One Hundred Years, toujours aussi intense et Disintegration, poignante).

- une enfilade de vieux singles tous aussi parfaits les uns que les autres : même ceux que je n’aime guère (High) et les ultra-rabâchés (Inbetween Days, Just Like Heaven, Lovesong, Lullaby, A Forest) m’ont énormément plu. D’autres encore m’ont proprement scotché : The Walk et Mint Car, en particulier.

- des morceaux plus rares qui ont été excellemment choisis : Bananafishbones, qui sonne si bien qu’on se demande pourquoi ils ont tant attendu pour la rejouer ; Want, qui envoyait du lourd de chez lourd ; Doing The Unstuck, dans une version magistrale ; et bien sûr The Kiss, qui reste un des morceaux scéniques les plus denses du répertoire.

Quant au son, la basse de Simon sautait à la gorge, comme d’habitude, Robert et Jason étaient impeccablement mixés. Par contre, on entendait moins bien Roger que d’habitude. Quant à Reeves Gabrels, je reste sceptique quant à son apport réel, sauf sur Wrong Number, mais sans surprise. Il est évidemment sous-mixé, mais serait-ce mieux s’il ne l’était pas ? Je n’ai pas de réponse nette à cela, mais il ne m’a guère convaincu…

J’en profite pour ne pas remercier la poignée de pogoteurs lourdauds qui nous ont fait chier une bonne partie du concert. J’ai rien contre le pogo, mais rentrer dans le lard des gens juste pour faire mal, je vois pas l’intérêt. Parmi ces brutes avinées, j’ai remarqué deux gros connards de jumeaux, ceux qui y étaient en 2005 doivent s’en souvenir : cette année, c’est cheveux courts – cheveux longs, ça tire toujours la gueule et ça a toujours le vin mauvais. Honte pour Cure qui compte ces deux crétins notoires parmi ses fans !

Encore un mot pour dire à quel point j’ai été heureux de revoir mon Clan-Clan, 7 ans après Avenches. J’ai eu l’impression qu’on s’était vus la dernière fois il y a à peine un mois. Dommage que les conditions ne nous ont pas permis d’en profiter un peu plus. On remettra ça au Paléo, pour mon plus grand plaisir. J’espère que tu es bien rentré, Anto, et que tu es content de ta soirée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LeChienNoir
Dieu Free Curiste
Dieu Free Curiste
avatar

Masculin Nombre de messages : 2154
Age : 36
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 27/06/2005

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Lun 2 Juil 2012 - 8:05

Choutte review ça !!!!

Pour Reeves il est effectivement globalement assez discret. C'est plus du renfort pour pouvoir jouer certains morceaux

et p-ê pour essayer de faire plaisir à tous les fans; ceux qui veulent du Roger, ceux qui veulent du clean épuré et ceux qui veulent deux guitares.

Après, il explique aussi dans cet interview fort sympa
http://www.berklee.edu/news/4579/alumni-profile-reeves-gabrels

qu'il a dû apprendre 40 morceaux en deux semaines.

Ça évolue encore sûrement du coup.

Reeves il arrive à faire des bruits de sirène de police en secouant très fort son vibrateur.



Tiens, Smith dit ceci dans un récent interview (très mal traduit):

In the 36 year history of The Cure they have changed a lot, many members have gone for some time. say that working with him is not easy: "It is not true! others are difficult! it's not a big deal. is not a scandal if someone leaves the band. we all have a life and to a certain age, maybe you need a break or want to take care of another project. Jason comes and goes from 15 years. Sometimes the pressure is so great and I realize that other members do not always want to follow my musical direction. So, honestly leave. but I have never quarreled with anybody. are in contact with everyone. Sometimes those who left did not get along with others but I have never been the cause. are the only one not to have children but I feel a bit like their father. The Cure were a great opportunity and I always wished the best for us. why I wanted to handle it personally and always have control, otherwise someone else would have done "


Qu'est-ce ça pourrait vouloir dire ?? Depuis 2005 on a l'impression d'avoir eu un swap entre Porl (Pearl) et Roger
(cela dit en 2004 Porl était en stodio pour quelques B-sides)

Allons savoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.soundclick.com/pys
Le Clan Faure
Nouveau boss
avatar

Masculin Nombre de messages : 2427
Localisation : Colmar
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Lun 2 Juil 2012 - 13:18

Très belle review Kotyk, du coup je suis tellement parfaitement d'accord avec toi que je n'ai pas grand chose à ajouter. J'étais ravi de t'apercevoir enfin dans les premiers rangs avant le concert (les portables ne passaient plus), et je suis super content que l'on se retrouve au Paleo ! On n'a pas pu se voir après, mais on a bien discuté avant, Kotyk number one !

Il est vrai que les conditions du festival en lui-même ne me donnent pas envie d'y retourner : nourriture et boissons très chères, chiottes minables, et bien sûr boue "woodstockienne" casse-couille. La pluie a été vraiment difficile à supporter, mais qu'ils jouent dans des salles putain ! Bunny Enfin au moins, on ne nous a pas viré au tractopelle comme au Gaou !

Concernant le set, évidemment j'ai été très déçu en voyant partir le groupe après The Kiss, qui était à proprement parler monstrueux. Je voulais mon Fight et mon Just One Kiss ! The Kiss a été sans doute pour moi le meilleur moment du concert après Bananafishbones et Doing The Unstuck (et Want, aussi, c'était trop bon, meilleur qu'en 2000 avec la Reeves touch).

Il est vrai qu'avec internet le set était déjà connu, à part la surprise de Sleep When I'm Dead, tellement ratée dans les paroles (mais réussie quand même, il est fort ce gros) que les mecs devant moi demandaient un petit "Freakshow", histoire de continuer dans le trip "j'oublie les paroles". Le son en lui-même n'était pas mauvais, mais pas exceptionnel : la voix de Robert était sous-mixée et ressortait trop dans les aigus, et Reeves, à part sur Wrong Number, était quasi inaudible. Et je ne sais pas si cela vient des nouveaux amplis, des ingés sons ou du départ de Porl, mais globalement je trouve le son moins pêchu qu'en 2008/2009, surtout sur Push (c'est là que les gros cons ont commencé à bien bourrer) et Hungry Ghost.

Ceci dit, en live, du moment que Jason et Simon sont en avant, c'est bien le principal. Et c'était le cas, putain que c'est bon Cure en live... Robert était facétieux ce soir-là, c'est le concert pendant lequel je l'ai vu le plus danser et se dandiner. Qu'il est beau nom de nom ! Et le groupe a joué le temps qu'il a pu, même si le dernier rappel m'a fait chier de bout en bout. Roger était complètement à bloc sur ses synthés, Simon égal à lui-même, classe totale, et Jason au top : carré et puissant.

Enfin je retiens surtout que je n'ai plus 20 ans, vivement que je retrouve une bonne salle sans boue et une bagnole à moins de 2 bornes... J'ai hâte de les revoir au Paleo, bien que je sache que le set sera court, et les surprises sans doute absentes. Mais quand Plainsong retentit, le monde s'arrête une fois de plus, c'est ça la magie Cure, c'est ça qui fait que je suis toujours curiste, après toutes ces années, c'est ça qui me porte quand tout va mal et qui me réjouit quand tout va bien. SHAKE !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cureforall.eklablog.com/
Kotyk
Dieu Free Curiste
Dieu Free Curiste
avatar

Masculin Nombre de messages : 4235
Age : 43
Localisation : on the road back home again
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Lun 2 Juil 2012 - 18:23

Le Clan Faure a écrit:
Mais quand Plainsong retentit, le monde s'arrête une fois de plus, c'est ça la magie Cure, c'est ça qui fait que je suis toujours curiste, après toutes ces années, c'est ça qui me porte quand tout va mal et qui me réjouit quand tout va bien. SHAKE !!!

Magnifiquement dit ! Comme je me reconnais là-dedans ! Et ce sont des choses qu'on perd parfois un peu de vue quand on est sevré de concerts pendant longtemps. Ce sera dur quand ce sera définitivement terminé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jojo
Free Curiste Star
Free Curiste Star
avatar

Masculin Nombre de messages : 920
Localisation : au marché
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Lun 2 Juil 2012 - 20:51

Content pour vous les gars. Vivement le 20!!! Même sous la pluie... right
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hollowbody
Free Curiste Star
Free Curiste Star
avatar

Nombre de messages : 806
Localisation : bagneres/bordeaux
Date d'inscription : 15/07/2005

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Lun 2 Juil 2012 - 22:03

hahahaha!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.skipass.com
pink eyes
Dieu Free Curiste
Dieu Free Curiste
avatar

Nombre de messages : 2032
Age : 42
Date d'inscription : 06/08/2005

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Mar 3 Juil 2012 - 18:20

Il est des périples épiques qui vous conduisent un peu plus vers l’Est et qui ne peuvent s’expliquer par de simples mots. Celui-ci n’était qu’un énième caprice, programmé bien avant l’arrivée d’un enfant tant attendu lui aussi.
Gare de Lyon à Paname, le tableau indique une destination pour rejoindre la cité terrifortaine. Un homme semble chercher également son chemin, l’homme à la barbe imposante n’est autre que Francis ZEGUTH, la voix mythique des soirées pop rock ! On échange sur l’objet de notre quête, évoquant notamment un générique tiré d’une ode intitulée THE SAME DEEP WATER AS YOU. Personnage d’une simplicité et générosité aux antipodes d’autres « people » en transit dans ce hall de gare bien fourni (Philippe LAVIL, Jean-Pierre CASTALDI, Patrick PREJEAN et Cécile de MENIBUS) … Bref, du lourd !
La chaleur est suffocante dans la navette qui me conduit de la gare TGV de Belfort au centre de la ville. Les panneaux publicitaires arborent fièrement le visage de Mohamed ALI évoquant l’évènement qui agite autant les autochtones que les festivaliers : LES EUROCKEENNES. Tel est donc l’objet de ma visite. Mais avant tout il me faut rejoindre la chambre d’hôtel (et une douche non superfétatoire) histoire de redécouvrir une ville où je n’étais passé qu’en coup de vent. Le passé m’ayant conduit plus souvent vers le célébrissime camping de GIROMAGNY. En mode touriste je découvre une ville neuve aux aspects les plus ragoutants avant de me réconcilier une fois franchi le pont de la bien nommée SAVOUREUSE et ses immenses jets d’eau avec la citadelle, le lion de Bartholdi, le quartier des antiquaires, celui de la cathédrale sur lequel se pose un magnifique kiosque à musique, les fontaines et les terrasses ombragées de la vieille ville. Devant une pinte de Doreleï (elle aussi non superfétatoire) je déguste un instant de farniente devant les pitreries de mes voisins anglais. Après vérification visuelle sur le programme du festival, il semble bien que les garnements se trouvent être les membres de THE KOOKS … Fin de journée à visiter la ville (enfin surtout la Fnac) avant de gouter aux spécialités alsaciennes et franc-comtoise dans un restaurant ayant pour ancienne LA CIGOGNE. Sur les tables en face les 1ers t-shirt noirs et cheveux hirsutes font leur apparition.
Après une nuit salvatrice, préparation de l’armurerie pour le combat qui s’annonce contre le soleil et l’éventualité des orages pressentis par les services de Météo France. Je retrouve mes amis briochins Thomas DELINE et Caroline LANCELLE avant de croiser 3 garçons imaginaires : Fred RAULIN, Denis KULTCHEYAN et Ferhat GUNDUZ venus également se refaire une cure de jouvence. Arrivés sur le lieu des hostilités, direction le stand merchandising pour l’acquisition de t-shirts au logo mixant les millésimes 1979 et 1992. Le 1er concert que l’on verra sera celui de FRANCOIS & THE ATLAS MOUNTAINS. Sur la scène de LA LOGGIA, le groupe distille le meilleur de son album E VOLO LOVE et notamment SOYONS LES PLUS BEAUX (ce que nous sommes bien évidemment) L’ambiance est à la zen attitude, le son très soigné, la prestation montant en puissance bien que durant moins d’une heure. Le set fini il est temps de retrouver LA PLAGE et les joyeux drilles écossais de DJANGO DJANGO. A ma grande surprise la scène a déjà été prise d’assaut par les festivaliers. Il est vrai que le cadre bucolique sous les arbres et devant l’étang de Malsaucy rajoute à la musique enjouée des lascars. Bien entendu la foule est en délire à l’entame de DEFAULT. Le reste est également rondement exécuté, sans fioriture et idéal compte tenu du cadre et de l’heure apéritive. On y recroise d’ailleurs nos 3 garçons imaginaires avec qui nous nous empressons de rejoindre le devant de la grande scène histoire de ressentir la montée d’adrénaline chez les curistes. Point de têtes connues mais pas mal de fans tout de même qui font le pied de grue. Un instant de restauration rapide nous amène à enrôler dans la meute des adorateurs l’ami Patrick FAIVRE et son beau t-shirt de Joy Division et de croiser le sympathique William SORAGNA alias Bill et sa belle pochette de badges. Les punks celtiques s’en donnent à cœur joie pendant que nous profitons d’une dernière bière et de quelques photos avec également Olivier TOQUEVILLE et sa panoplie de perfect fan addict. Le vent commence à souffler et le ciel s’assombri. Mais les corbeaux en ont cure. Ils chantent pour conjurer le mauvais sort. De PRAYERS FOR RAIN à SINKING en passant par l’inévitable imitation du gimmick de PLAY FOR TODAY, David FARGIER également présent n’a qu’un t-shirt mais sait très bien qu’après la pluie … Pour le coup il s’agit d’un orage intense qui ne nous prive pas d’une approche juste devant la scène. Les roadies se précipitent pour bâcher le matériel. L’organisation nous fait craindre l’annulation mais heureusement il ne s’agit que d’un différé. Une demi-heure en fait. Histoire de trépigner encore plus en attendant le show. De crier avec les autres « Robert en K-way !!!» … D’imaginer la setlist dont on connait les contours principaux. Lorsque la foule se retrouve plongée dans le noir avoir le cœur qui bat à la vitesse d’un cheval au galop. Les clochettes qui résonnent à présent pour une ouverture dont la solennité contagieuse n’est plus à prouver.
PLAINSONG à l’arrivée magistrale d’un quatuor près à en découdre avec les éléments d’une nature particulièrement capricieuse. " I think it's dark and it looks like rain you said " n’a jamais sonné aussi bien qu’en ce soir de 30 Juin 2012. Robert Smith déambule derrière un rideau de fumée et s’approche de nous dans un jeu d’ombre totalement en phase avec cette introduction. L’album de 1989 mis à l’honneur en ce début de set avec l’élégant PICTURES OF YOU et la venue d’un extra de luxe, l’excellent Reeves GABRELS et sa guitare flamboyante. Avec High puis plus tard DOING THE UNSTUCK et TRUST c’est le « Wish Tour » qui se rappelle à ma mémoire. J’ai les membres qui frémissent à l’idée que 20 ans se sont écoulés depuis. La magie opère toujours. Le son est particulièrement propre (de mémoire rarement égalé pour un festival) Si sa majesté Robert demande à la régie de pousser sur sa voix, un petit bémol concernant les claviers de Roger O’Donnell que l’on aura entendu malheureusement avec difficulté. L’ambiance décolle totalement sur les riffs assoiffés de PUSH. Le groupe rentre en communion avec la foule venue nombreuse pour l’évènement. L’enchainement sur le tubesque IN BETWEEN DAYS ne laisse pas retomber la liesse populaire. Et même si le leader du groupe s’en prend à un roadie ayant malencontreusement merdé avec le jack de sa gratte acoustique, le chanteur reprend le fil et s’embarque dans un jeu de malice et d’espièglerie totalement désopilant. Un hit en chasse un autre avec JUST LIKE HEAVEN et une complicité de plus en plus flagrante. Sourires, petits et grands gestes qui témoignent d’une osmose qui vient irradier les fans que nous sommes. Sur FROM THE EDGE OF THE DEEP GREEN SEA, l’un des titres cultes que j’affectionne particulièrement, la voix du maître entonne en guise de réponse amusante aux trombes d’eau qui font leur retour un "(…) but it's just rain I smile .Brushing my tears away (...) » Enchainement sur une version dantesque de SLEEP WHEN I’M DEAD, décidemment un titre dont la prestation live dégage une énergie communicative intense. La pluie a cessé de jouer avec nos nerfs lorsque les protagonistes nous régalent en mode revival des deux titres issus de l’album SEVENTEEN SECONDS : PLAY FOR TODAY nous fait totalement onduler sur les volutes et les chœurs enivrés de plaisir, A FOREST sous un light show sublime (comme le reste du concert d’ailleurs) histoire de ravir les vieux de la vieille … et les autres aussi. Le beau gosse de service (Simon GALLUP pour les béotiens) achevant la bestiole avec une passion assassine. Puis vient BANANAFISHBONES, titre rarement joué en live et qui retrouve une seconde vie pour cette tournée d’été. Si la version studio me laisse de marbre, la transcription devant nos yeux est totalement géniale ! Une folie douce caractérisée par une transgression des sens. Autre moment fort du concert : La montée en puissance sur le terrible WANT. Si la jeune fille devant nous et ses 2 compères n’avaient pas abusé de la cancoillote (ou alors d’autres substances illicites) le moment aurait été à la hauteur du morceau. La voix du sieur Smith s’envolant dans des nappes vaporeuses et célestes. Histoire de charrier mes voisins, je m’égosille pour refuser WRONG NUMBER. Mais j’avoue après coup que rien que pour la furie sonique de Reeves, les honneurs du jury ne sont pas immérités. La fin du concert approche lorsque le groupe délivre ONE HUNDRED YEARS et son capharnaüm démoniaque. Les bras se lèvent sur les éruptions volcaniques qui s’en dégagent. A peine le temps de souffler que DISINTEGRATION vient conforter la magie du moment. Sans aucun doute la meilleure version jamais entendu. Robert SMITH contourne des petites lacunes de puissance par une émotion palpable qui donne la chair de poule. Sur les dernières notes du titre j’ai totalement l’impression d’être dans une sorte d’aboutissement onirique.
En guise de rappel, le groupe nous délivre la fureur de THE KISS et ses guitares tranchantes, une escalade qui n’en fini pas. Totalement jouissive !
Second rappel avec l’armada de tubes: CLOSE TO ME, FRIDAY I’M IN LOVE … Et la constatation que les titres dont il est question peuvent être exécutés avec 5 cordes … Enfin WHY CAN’T I BE YOU et l’estocade sur BOYS DON’T CRY qu’une partie du public attendait sans doute depuis le début.
Clap de fin, on rentre les godasses pleines de boue et la tête dans les étoiles.
Quelques heures plus tard je suis sur un nouveau quai de gare. Il y a là un petit Simon qui m’attend le sourire aux lèvres. J’en ai les larmes aux yeux. La fatigue, l’effervescence des dernières heures m’ont retourné. La maman du petit padawan elle aussi semble heureuse.
Et je mise une petite pièce que le 20 Juillet elle sera aux anges … elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hollowbody
Free Curiste Star
Free Curiste Star
avatar

Nombre de messages : 806
Localisation : bagneres/bordeaux
Date d'inscription : 15/07/2005

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Mer 4 Juil 2012 - 14:41

vu chez Zegut:
http://www.byzegut.fr/2012/07/la-musique-est-sans-etiquette-la-preuve.html

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.skipass.com
Funeral_Party
Free Curiste Star
Free Curiste Star
avatar

Nombre de messages : 748
Age : 43
Localisation : Calais...
Date d'inscription : 17/04/2005

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Mer 4 Juil 2012 - 18:27

Il a toujours la classe, ce Simon!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
totom
Certifié Free Curiste
Certifié Free Curiste
avatar

Nombre de messages : 474
Age : 47
Date d'inscription : 12/02/2009

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Mer 4 Juil 2012 - 22:01

Bonjour à tous,

Voilà un moment que je ne suis pas venue sur le forum ! je ne reçois plus alertes..ben oui j'ai changé d'adresse mail, faut pas que je m'étonne
Du coup je m'apperçois que j'en ai raté une paire, mais qu'on a eu le même ressenti du concert !

Allé, voici donc ma petite review :

La Magie Cure …

Ce week-end, j’ai fait ma cure de jouvence, j’avais 15 ans, encore une fois !!
J’oublie, mes angoisses, ma culpabilité d’abandonner enfants et mari, mon dégoût des mecs bourrés qui vomissent partout, je vie, sans me poser de question et, putain , ce que ça fait du bien !!

The cure aux eurock, c’est d’abord une belle rencontre avec un mec super sympa « Insider » , mais c’est aussi... le plaisir de passer 48 avec ma frangine que je ne vois pas tant que ça, c’est ensuite la joie de vous revoir (Soledad, Antoinette, Ghani, Billou, Sim, Yannick, Mauro, Frank et j’en passe), et puis c’est comme à chaque fois, une pause dans ma vie, du rêve, fini la retenue, je suis là pour vivre à fond un truc, pas pour me la jouer, ou faire attention aux convenances de la vie de tous les jours.

C’est ensuite le plaisir de faire coucou à Simon, Roger et Jason, qui passent rapidement devant nos yeux : grand sourire, et signe de tête sauf Simon qui garde tête baissée.
Et puis, c’est le fameux premier, orage, le Kway ne suffit pas à nous protéger, on est trempé, mais on s’en fou.
On commence à avoir de sérieux doute …vont-ils annuler le concert ??
Enfin ils préparent la scène, et à l’heure où ils devraient entrer sur scène, une nouvelle pluie torrentielle s’abat sur nous pendant 30 minutes et plus .. nous sommes au premier, on commence à déchanter : le premier rang, c’est cool, mais si le concert est annulé ??
Alors on chante, on chante encore et encore « oh oh oh « de Play for Todays …
J’interroge sans arrêt l’appli Météo-france qui donne la pluie dans l’heure, et miracle : elle nous montre qu’il n’y aura plus de pluie avant au moins une heure, on recommence à y croire ….

Ils arrivent enfin, je n’ai plus de voix (mais comment fait Robert pour tenir 3h de suite ?), je n’ai plus de jambe, j’ai les reins cassés, je suis morte ..voilà déjà 8h que nous sommes debout à piétiner, que nous avons subi la chaleur, puis la pluie … Mais qu’importe, je vie mon concert à fond.

Je crois vraiment n’avoir jamais vu le groupe aussi en forme, je crois que Robert n’a jamais autant excellé dans sa manière de chanter : il y mettait toutes ses tripes, toute sa force et toute son énergie, sa voix n’a jamais été aussi belle que ce soir-là, je crois.
Le groupe vibrait sur la musique qu’ils jouaient, et nous étions tous scotché par tant de vigueur …
Je me demande encore aujourd’hui, pourquoi ?? Peut-être tout simplement parce que, eux aussi ont cru que le concert n’aurait pas lieu, et que cela leur a donné une espèce d’énergie, de rage, et d’envie de jouer plus forte encore ??
Bref nous n’aurons pas la réponse, mais quoiqu’il en soit, si la setlist ne m’a pas emballée outre mesure, la manière de jouer a rendu ce concert purement inoubliable !

Mention spéciale pour « doing the unstuck, banana, The Kiss, Want, Hungry ghost, Slep when I’m dead, why can’t I be you, A foret (Simon qui nous fait une fin digne d’a forest, ça faisait longtemps !)

Le concert s’achève, on est DEAD, il faut encore braver la boue, retrouver le train, attendre debout … retrouver l’hôtel …bref c’est fini , mais c’était bon !!

Le lendemain est plus dur, comme à chaque fois il faut sortir du rêve, on tente bien de le continuer en essayant de les voir au novotel, mais nous n’y parviendrons pas ..
Dommage j’aurai tellement aimé féliciter Robert et sa bande pour leur prestation de la veille, c’est plus fort que moi, j’ai toujours cette envie de les voir pour les remercier du bonheur que je vie grâce à eux à chaque concert …

La réalité reprend le dessus, mon fils m’accueille d’un « alors Maman t’as adoré « Te Kur » en m’enlassant sans ses bras plein de tendresse et de joie de me revoir, l’autre me dit à peine bonjour .. bref ma vie a repris son cours, c’est sûr !

En attendant une autre parenthèse pour Rome ce week-end !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cureman
Certifié Free Curiste
Certifié Free Curiste
avatar

Masculin Nombre de messages : 193
Age : 46
Localisation : rennes
Date d'inscription : 07/07/2012

MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   Mar 10 Juil 2012 - 21:39

merci a tous de nous relater cette merveilleuse journée !!!!!!
moi aussi j'étais la bas et j'ai vecue tout plein de chose comme vous tous ....ces pseudo
mon ressentit est comme vous que du bonheur malgrés ces pseudos pogoteurs !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eurockéennes Belfort 30 juin 2012   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eurockéennes Belfort 30 juin 2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Hommage] Pete Doherty, Eurockéennes de Belfort
» 15 JUIN 2012
» découvertes Eurockéennes
» Europe 2 TV - Best of Eurockéennes 2006
» Eurockéennes 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FreeCurist :: The Cure :: Les News-
Sauter vers: